Train de nuit Sofia-Istanbul Express

Lors de notre odyssée terrestre de Paris à Istanbul en bus et train, nous avons emprunté le train de nuit Sofia-Istanbul Express. Nous n’avions que peu d’informations sur ce train et j’ai donc décidé d’écrire un article à ce propos pour éclairer les futurs voyageurs. Voici donc quelques informations importantes.

Réserver un billet pour le Sofia-Istanbul Express

D’abord, avant de partir, il faut acheter les billets de train. Cela se fait à la gare de Sofia. Non pas la gare routière où nous sommes arrivés en bus, mais la gare ferroviaire derrière elle. On la rejoint à pieds facilement depuis le centre de Sofia par le Pont aux lions puis le Boulevard “bulevard « Knyaginya Maria Luiza ».  Compter environ 20-30 minutes de marche.

Dans la gare se trouvent des guichets dans lesquels se trouvent des guichetières aimables comme des portes de prisons. Il faut payer le billet en cash. Des distributeurs se trouvent derrière nous.

Lorsque nous prenons notre billet, il n’y a plus de cabines de deux personnes donc nous devons partager un compartiment de 4 avec 2 autres voyageurs ou attendre le prochain train.

Les prix varient un peu mais globalement voici ce que nous avons retenu des tarifs Interrail.

Compartiment-couchette à 6 lits : 9,40 € par pers.
Compartiment-couchette à 4 lits : 10 € par pers.
Lit dans un compartiment-couchette à 2 lits: 15 € par pers.
Lit dans un compartiment-couchette à 1 lit: 35 €

Ce mode de transport s’avère donc économique en plus d’être un beau voyage.

Train de nuit Sofia-Istanbul Express
Train de nuit Sofia-Istanbul Express

Où prendre le train de nuit Sofia-Istanbul Express?

Le train se trouve sur un quai que nous avons eu du mal à trouver. Nous nous sommes posé quelques questions l’espace d’un instant car nous ne comprenions pas l’affichage en gare et ne trouvions pas le train. Cela devait pourtant être une évidence mais impossible de le voir! Il fallait en fait descendre au niveau -1 et remonter de l’autre côté des rails pour l’atteindre.

Sur place, cela a été simple. Il y avait du personnel à quai, il n’y avait plus qu’à présenter les billets et se rendre dans la voiture.

Gare de Sofia
Gare de Sofia

Le train  Sofia-Istanbul Express

Le train est divisé en compartiments selon les classes de voyageurs.

Le moins cher est le voyage assis sur des fauteuils classiques de train. Il faut donc passer la nuit assis. C’est long pour un voyage de 11 heures mais cela est similaire à un bus de nuit finalement. Certains voyageurs ont recours à des techniques ingénieuses pour rechercher un peu plus de confort en essayant de s’étaler comme ils le peuvent au gré des places disponibles.

De notre côté, nous avons opté pour un voyage en cabine. Mais mon compagnon ne voulait pas que nous réservions la cabine de 4 pour nous seuls. Nous avons ainsi permis à deux jeunes voyageurs de partir le soir même du départ car ils venaient d’arriver à Sofia. L’une d’eux parlait français ce qui était sympathique et gênant à la fois puisque nous avions pris l’habitude de communiquer librement sans que personne ne nous comprenne. Son compagnon était allemand. Un couple sympathique en vadrouille.

Les options sont les suivantes :

a) le voyage solo, 1 lit, 1 lavabo/miroir/prise.

b) le voyage à 2, 2 lits superposés, 1 lavabo/miroir/prise.

c) le voyage à 4, 4 lits : 2X2 lits superposés. Rétractables en 2 fauteuils face à face.

Un WC/lavabo/miroir commun se trouve dans chaque voiture.

Les portes et la fenêtre ont des rideaux que l’on peut baisser pour se protéger de l’extérieur. Nous avons gardé le rideau de la fenêtre ouvert pour entrevoir un peu du paysage malgré la nuit.

Cabine de 4
Cabine de 4 avec les banquettes rétractables superposées

Le déroulement du voyage

Après l’accueil à quai, nous rejoignons notre cabine directement dans le train de nuit Sofia-Istanbul Express. Il n’y a rien d’autre à faire puisque le train n’a pas de voiture bar. Nous discutons avec nos compagnons de voyage qui ont une bouteille de piquette blanche chaude dans leur sac sans nous encanailler de toute évidence. A 18h30, le train part pour 11 heures de voyage.

Le personnel de bord, nous apporte des draps, mais aussi à notre surprise, des snacks. Nous avions lu sur internet, notamment le site Interrail qu’il fallait prévoir de quoi se restaurer à bord faute de voiture bar et avions fait quelques courses à la supérette vers de la gare de Sofia. Nous avons eu des bouteilles d’eau, des sortes de Tuc et des jus de fruits concentrés en briquette.

Après avoir choisi nos places, nous nous sommes installés dans nos lits. La fenêtre laissait deviner un peu de Bulgarie ou de Turquie. En fait, lorsque nous traversions des gares, puisqu’elles étaient éclairées, nous pouvions voir un peu l’extérieur, mais surtout les quais de trains. Ces gares semblaient perdues au milieu de nulle part et il y avait peu de chance que nous y retournions jamais. Mon esprit commençait à courir comme le train battait la campagne. Le drapeau turque en filigrane au milieu de la fenêtre invitait à songer aux mille et une nuits, éclairés par un croissant de lune, une étoile et les lampadaires des gares. Je trouvai bientôt le sommeil.

Train de nuit Sofia-Istanbul Express
Train de nuit Sofia-Istanbul Express

Contrôle frontière Bulgarie/Turquie

Malheureusement, géographie oblige, au milieu du voyage se trouve la frontière turque au poste de Svilengrad/Kapikule. Cela a donc interrompu le sommeil de tous les voyageurs. Certains faisaient semblant de continuer à dormir malgré les nombreuses sollicitations du personnel de bord. Peut-être pensaient-ils échapper aux contrôles, sans doute encore absorbés par leurs rêves…« Imagine there’s no countries, It isn’t hard to do, youhouuuuu »…Allez debout!

Au milieu du voyage donc il faut sortir du train et présenter son passeport. Le train arrive sur un quai, il faut en descendre pour le traverser et rejoindre le poste de contrôle. Comme un seul homme fatigué mais déterminé à retourner au lit, nous allons tous au poste de contrôle pour nous faire scanner. Un par un, les voyageurs s’approchent avec plus ou moins de temps de gestion selon les documents présentés. L’un d’entre nous, un hippie aux longs cheveux roux restera sur place.

Clandestin, un jeune chat, roux également, tente de monter à bord attiré par des voyageurs. D’où peut-il venir? Nous sommes au milieu de nulle part. Il restera lui aussi à quai. Nous repartons, emmitouflés dans nos draps. Il ne reste plus que quelques heures de sommeil à essayer de grapiller avant l’arrivée au petit matin à Istanbul.

Arrivée à Istanbul en train de nuit Sofia-Istanbul express

En arrivant aux abords d’Istanbul, nous sommes réveillés par la lumière matinale. Le paysage est superbe et nous indique que nous sommes bien arrivés à la frontière cette fois entre le monde occidental et le monde oriental. Nous avons d’un côté la Mer Noire et de l’autre la Mer de Marmara.

La gare d’arrivée est celle d’Halkali, à 25km d’Istanbul pour 5h30 (il me semble que nous sommes arrivés plus tard). Nous n’avons pas du tout organisé l’arrivée donc suivons le mouvement.

Tout le monde va au guichet acheter un billet de tram pour rejoindre le centre. Mais nous n’avons pas de livre turque. Heureusement, par miracle, nous pouvons changer à un guichet nos euros contre des livres turques sans trop connaître le taux de change nous le faisons donc. Puis un individu ahuri tout autant que nous nous aide à acheter des tickets à une machine.

Nous suivons encore le mouvement mais cette fois il commence à ne plus y avoir personne du train. Nous montons dans le premier tram venu et longeons la mer de Marmara. Puis nous arrivons miraculeusement au centre d’Istanbul que nous reconnaissons grâce au Bosphore. Il faut en fait prendre le train de banlieue de Marmaray en direction du centre et s’arrêter à la station la plus proche de son hôtel. Compter environ 2€ pour le prix du billet et 35 minutes. Les trains circulent toutes les 15 min.

Istanbul
Istanbul

Cet article est à présent terminé, j’espère qu’il vous aura aidé à prendre le train de nuit Sofia-Istanbul Express. Bon voyage!