De Paris à Istanbul par voie terrestre

Voici enfin venu pour moi le temps de relater notre odyssée de Paris à Istanbul par voie terrestre. Nous avons troqué la vie parisienne contre la vie stambouliote le temps d’un fabuleux voyage. Un périple spectaculaire avec un changement de décor progressif en traversant 8 pays tous dépaysants. France, Allemagne, Slovénie, Croatie, Serbie, Macédoine, Bulgarie et enfin Turquie. Le voyage par voie terrestre nous a permis de prendre le temps de mieux voir notre environnement. Nous avons emprunté des bus, trains et loué une voiture. Enfin, pour le retour, nous avons pris un aller simple d’Istanbul à Paris. Chaque étape est détaillée dans mes articles dont les liens se trouvent ci-dessous.

Road trip en bus et train de Paris à Istanbul par voie terrestre

Informations pratiques

Nous voyageons en bus tout le trajet sauf le dernier tronçon en train de nuit de Sofia à Istanbul. Pour l’organisation du trajet, j’utilise le site de Flixbus, notamment la carte interactive qui permet d’organiser facilement ce genre de voyages en visualisant les trajets disponibles, horaires et prix : ici.

D’autres compagnies existent mais toutes ne desservent pas les Balkans. D’ailleurs, parfois les trajets de Flixbus sont opérés par des partenaires comme à Belgrade.

Pour le train de nuit Sofia-Istanbul Express, je détaille tout dans mon article : ici.

Pour ce road trip en bus et train de Paris à Istanbul par voie terrestre, je conseille une durée de 2 semaines à 1 mois.

Nous effectuons ce voyage à l’automne et bénéficions d’une météo favorable durant tout le voyage.

 

Etape 1 : L’Allemagne : Munich l’Oktoberfest – Füssen, le Château de Neuschwanstein 

Le premier jour, nous partons de Paris gare de l’Est en train. Non loin du Canal Saint-Martin et de Montmartre. C’est un train qui prend 5h30 avec un changement à Stuttgart. Nous partons le soir pour pouvoir nous réveiller le lendemain matin en Allemagne prêts pour de nouvelles aventures.

Nous arpentons un peu les rues de Munich puis rejoignons notre logement et le coffre renfermant ses clés. C’est une chance d’avoir trouvé à la dernière minute un Airbnb sympa étant en période d’Oktoberfest. C’est aussi pour cela que nous avons choisi de faire un passage à Munich. Ce voyage est comme une ampoule qui change de couleurs avec des transitions chromatiques. On commence par Paris, on va à la fête de la bière, puis bien d’autres couleurs.

Mais d’abord, nous visitons un peu la Bavière pendant que nous sommes frais comme des bonnes bières. Cette région est magnifique et j’avais pour objectif de visiter un jour le Château de Neuschwanstein digne d’un conte de fées. Nous en profitons pour voir la petite ville de Füssen, les lacs et admirer les paysages en bus puisque c’est un bus qui nous emmène de Munich à Füssen.

Revenons-en à l’Oktoberfest. Nous avons préparé notre coup à l’avance en commandant des costumes bavarois pour le folklore. Ainsi, le soir venu, nous nous faisons beaux et enfilons nos tenues : un lederhosen (salopette) et un dirndl (robe). C’est amusant de prendre le métro ainsi et de voir à quel point l’ambiance est festive partout. Nous goutons de délicieuses bières et mangeons des spécialités locales. Une excellente soirée!

Détails : dans les articles sur l’Oktoberfest et le château de Neuschwanstein.

Etape 2 : La Slovénie : Ljubljana – Bled

Pour l’étape 2, nous poursuivons vers la Slovénie. Au programme, la visite de la mignonne ville de Ljubljana de jour et de nuit puis la visite du lac de Bled.

Nous parcourons la vieille ville de Ljubljana, ses ponts dont l’emblématique Pont des Dragons, sa rivière Ljubjanica, ses parcs et son château. Cette ville a un charme fou, on peut la parcourir à pieds ce qui est très agréable. Nous dégustons des spécialités locales également.

Ensuite, nous allons à Bled pour son lac, un endroit hors du temps où il fait bon se promener. Nous faisons le tour du lac de Bled à pieds et repartons en bus local comme nous étions arrivés. Le lendemain, nous prendrons aussi un bus de la gare routière pour la Croatie.

Lors de mon road trip, j’avais visité les Gorges de Vingtar. Un endroit très beau que nous n’avons pas eu le temps de voir mais que je recommande. On peut s’y promener au bord des gorges mais aussi emprunter des sentiers de randonnée qui sillonnent la montagne.

Détails : dans l’article sur la Slovénie.

Etape 3 : La Croatie : Zagreb – Les Lacs de Plitvice – Rovinj 

En Slovénie, nous étions à la montagne comme en Bavière mais avec une ambiance plus calme dans un petit pays. A présent, nous sommes en Croatie et entamons un changement radical de décor.

Pour la Croatie, nous avons choisi de découvrir les lacs de Plitvice et la jolie ville côtière de Rovinj. Arrivant en bus de Ljubljana à Zagreb, nous visitons cette belle capitale à pieds. Puis nous louons une voiture afin de nous rendre aux lacs de Plitvice et à Rovinj.

Nous traversons des petites routes de campagne et villages en voiture et le lendemain, faisons une randonnée dans le parc national de Plitvice à travers lacs et cascades. Les lacs de Plitvice forment un tableau paradisiaque d’eaux bleutées dans la forêt.

Nous nous rendons ensuite à Rovinj où séjournerons. Cette petite ville côtière est ravissante et il est agréable d’y flâner à pieds. La mer Adriatique nous époustoufle comme toujours en plus de charmantes façades colorées et ruelles. Le port ainsi que les mouettes que l’on peut voir au loin tournoyer autour des pêcheurs, n’enlèvent rien au charme ambiant.

Détails : dans les articles sur Zagreb, Dubrovnik, les lacs de Plitvice et Rovinj.

Etape 4 :La Serbie : Belgrade

Après avoir rendu la voiture de location à Zagreb, nous prenons un bus pour Belgrade. Encore une fois, nous allons complètement changer d’ambiance. Cette fois nous sommes bel et bien dans les Balkans. La Croatie en fait aussi partie mais elle a un côté Europe de l’ouest plus fort que ses voisines. Elle est membre de l’UE contrairement aux autres pays des Balkans. Toutefois, la Serbie reste elle aussi différente des autres pays des Balkans affichant une économie plus développée.

Nous ne passons qu’une nuit sur place et profitons de visiter Belgrade à l’occasion de cette escale. Il ne faut pas attendre de voir un maximum de choses à Belgrade, mais plutôt d’y ressentir l’ ambiance qui lui est propre. Pour cela, rien de tel que de flâner dans les rues de Stari Grad, le centre-ville et d’observer la vie locale faite d’hédonisme en terrasse, dans un décor où s’épousent en couleurs street-art et immeubles du XIXème siècle.

Nous visitons évidemment la rue Skadarlija, ancien quartier général des poètes du XIXème siècle et la rue piétonne Knez Mihailova qui sont incontournables à Belgrade. Enfin, nous nous rendons à la majestueuse forteresse de Belgrade nous offrant une vue spectaculaire sur le beau Danube bleu, deuxième plus grand fleuve d’Europe traversant 10 pays.

Détails : dans l’article sur la Serbie.

Belgrade Skalajira

Etape 5 : La Macédoine : Skopje – Bitola – Ohrid – Skopje

Après Belgrade, retour à la gare routière en direction de Skopje. J’écrivais changement radical en Serbie? Eh bien je me trompais, la Macédoine aura été la claque du voyage. La Macédoine est une véritable porte d’entrée dans un monde parallèle désuet. Nous partons de Skopje puis visitons Bitola et le lac d’Ohrid avant de nous rendre à Sofia en Bulgarie pour notre destination suivante.

Skopje est une enclave moderne dans un pays rural. Dès notre arrivée, nous sommes frappés par les innombrables statues qui règnent sur la ville. Parmi elles, Alexandre le Grand et d’autres personnalités locales. Elles sont omniprésentes et accompagnées d’immeubles récents au style baroque ainsi que de fontaines. Son quartier ottoman recèle un bazar authentique qui nous propulse dans un monde oriental juste en traversant un fleuve.

Il en est de même pour Bitola deuxième ville du pays qui compte comme beaucoup de villes des Balkans, deux quartiers, deux cultures, rives droite et gauche. Enfin, nous nous rendons au splendide lac d’Ohrid où l’on se promène et s’émerveille de tout… La proximité des eaux cristallines du lac, les somptueuses villas ottomanes séparées par de fines ruelles et escaliers, les chats qui s’approprient les lieux, les bateaux qui surfent sur le lac comme ils surferaient la mer Egée et les Eglises qui dominent l’horizon.

Détails : dans l’article sur la Macédoine.

Etape 6 : La Bulgarie : Sofia – Le train de nuit

Mais il est temps de rejoindre la Bulgarie à présent et nous prenons à nouveau un bus pour nous y rendre. Nous appréhenderons la Bulgarie par sa capitale Sofia, un peu comme nous l’avions fait à Belgrade, c’est-à-dire le temps d’une escale d’une nuit. Cela nous laissera le temps de nous imprégner de l’ambiance locale et de découvrir les principaux sites touristiques ainsi que quelques endroits un peu plus à l’écart de la ville.

Nous visitons la cathédrale St. Alexander Nevski site emblématique de la ville que l’on voit dans tous les guides de voyage avec ses coupoles bleutées et dorées rondes typiques des constructions orthodoxes de style néo-byzantin. Puis quelques autres sites d’intérêt comme la rotonde Saint-Georges datant du IVè siècle, des sites archéologiques ou encore l’église Saint-Nicolas qui revêt des formes de choux à la crème et une couleur bleue envoutante.

Puis un endroit que nous apprécions beaucoup le parc Borisova Gradina. Ce dernier se trouve à l’écart de la ville et offre donc une parenthèse paisible car Sofia reste une capitale même si ce n’est pas une mégalopole. Nous mangeons en terrasse le soir dans le centre névralgique de la ville en observant les les sofiotes dans leur environnement.

Détails : dans l’article sur Sofia.

Eglise russe St-Nicolas

Parc, Sofia

Pont aux Lions Sofia

Etape 7 : Turquie : Le train Sofia-Istanbul Express – Istanbul

A présent, propulsons-nous dans un autre monde vers la Turquie en prenant le train de nuit Sofia-Istanbul Express! Ce sera la dernière étape du voyage.

Nous prenons nos billets à la gare de Sofia le jour du départ. Sur la route, les gares semblent perdues au milieu de nulle part et il y a peu de chance que nous y retournions jamais. Mon esprit commence à courir comme le train bat la campagne. Le drapeau turque en filigrane au milieu de la fenêtre invite à songer à Mille et Une Nuits, éclairées par un croissant de lune, une étoile et les lampadaires des gares.

En arrivant aux abords d’Istanbul, le paysage est superbe et nous indique que nous sommes bien arrivés à la frontière entre le monde occidental et le monde oriental. Nous avons d’un côté la Mer Noire et de l’autre la Mer de Marmara. Nous visitons de superbes sites culturels, profitons de l’ambiance, de spécialités et de la vie locale.

Du Saint-Empire à l’Empire Ottoman, notre Marche Turque se termine sur une note plus que positive à Istanbul. Pour rentrer en France, nous prenons un vol aller simple Istanbul/Paris retraçant en 3 heures cette belle odyssée terrestre.

Détails : dans l’article sur le train de nuit Sofia-Istanbul Express.